Quelle place pour les femmes dans le numérique ?

Journée de la Femme Digitale : quelle place pour les femmes dans le numérique ?

Temps de lecture : 5 minutes

Journée de la Femme Digitale : Quelle place pour les femmes dans l'informatique ?

Le numérique fait partie des secteurs avec le plus de perspectives de recrutement en France. Dans le numérique, 58% des offres d’emploi se font dans l’informatique. Développeur, data scientist, consultant, chef de projet digital, les possibilités sont nombreuses. Cependant, les postes ont tendance à rester vacants notamment dans les domaines de la data science et de l’intelligence artificielle. On estime qu’il y a plus de postes disponibles que de candidats qualifiés. Ce manque de candidats qualifiés peut s’expliquer par la faible présence des femmes dans les métiers de l’IA. D’après une enquête menée par le cabinet d’études BCG, seulement 15% de femmes occupent des postes relatifs à la data science. Pourtant, elles représentent près de 35% des étudiants en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM). Axysweb vous parle de la place des femmes dans le numérique à l’occasion de la Journée de la Femme Digitale, .   





L’informatique, une histoire de femmes


Un secteur à prédominance féminine ? 

 

L’informatique et la tech sont des milieux vus comme plutôt masculins. De moins en moins de femmes se projettent dans une carrière informatique. Cette vision masculine du secteur commence dès le plus jeune âge. D’après une étude réalisée par OpinionWay en 2019, 36% des filles entre 7 à 10 ans estiment qu’informaticien est un métier pour les garçons. Le nombre de femmes occupant des postes dans ce secteur est sur le déclin.  

Mais les femmes n’ont pas toujours été au second plan, bien au contraire. Pendant la Seconde Guere Mondiale, les femmes occupent un rôle majeur dans la programmation de logiciels pour les ordinateurs militaires. Dans les années 50, 30 à 50% des postes dans le secteur de l’informatique étaient occupés par des femmes 

La part des femmes dans le secteur a chuté dès les années 80 avec l’arrivée des micro-ordinateurs. Les logiciels et les ordinateurs à destination commerciale ont poussé les informaticiennes vers la porte de sortie au profit de leurs collègues masculins. Aujourd’hui, les secteurs de l’informatique peinent à recruter des femmes.  


Un retour difficile des femmes dans le digital 

 

Les métiers du digital se sont diversifiés avec la transversalité entre les ordinateurs, les smartphones et les tablettes. L’informatique ne se limite pas qu’à la programmation, bien au contraire. Elle englobe les métiers de l’intelligence artificielle, de la gestion des données, du design d’interface (UI/UX), etc. Les profils les plus recherchés sont les développeurs, les data analysts et les designer UX/UI. Malgré un nombre important d’offres pour ces postes, les recruteurs peinent à trouver des candidates.  

Le sexisme subit lors des cursus scolaires en informatique et des entretiens d’embauche serait l’une des causes principales de cette pénurie de femmes. Selon une étude menée par SocialBuilder, 42% des femmes ont déjà reçu des remarques sexistes à propos de leurs compétences dans le digital. Considérées comme moins compétentes par leurs homologues masculins, elles osent moins postuler à des postes correspondant à leurs capacités réelles.  

Se voulant plus inclusif, le monde de la tech a vu se développer des initiatives pour inciter les informaticiennes à se tourner vers des postes à responsabilités. Bourses d'études destinées aux femmes, séminaires sur le digital au féminin... L’objectif est d’éclairer les femmes sur les différentes possibilités de carrières dans le numérique et de leur montrer qu'elles ont leur place dans ce secteur 



Ces femmes qui ont marqué l’histoire du numérique


Dans les domaines scientifiques, l’Histoire n’a retenu que très peu de noms féminins. Pourtant, de nombreuses femmes ont contribué aux avancées de la science. L’informatique n’échappe pas à cette règle.

Lorsque l’on parle d’histoire de l’informatique, le nom d’Alan Turing nous vient directement à l’esprit. Qu’en est-il d’Ada Lovelace ? Cette mathématicienne anglaise a créé le premier programme informatique en 1843. Si elle est reconnue dans les milieux féministes, son nom est peu retenu dans la culture populaire. Voici 5 femmes qui ont marqué l’histoire du numérique. 


Ada Lovelace pionnière de l'informatique

Ada Lovelace

 

Née en 1815, Ada Lovelace est considérée comme la pionnière de l’informatique. Elle conceptualise la première machine analytique. Elle rédige une suite de calculs complexes destinés à être exécutés par son invention. Un siècle plus tard, ses notes et ses croquis serviront à élaborer le premier ordinateur. Le langage de programmation informatique Ada est son héritage.  


Hedy Lamarr 

 

Actrice hollywoodienne dans les années 30, Hedy Lamarr est à la créatrice du saut de fréquences. Breveté en 1941, ce système de transmission est destiné à la Navy pour l’envoi de torpilles. Il ne sera utilisé qu’en 1950 pour la transmission de messages militaires. Cette technologie est à l’origine du réseau de téléphonie mobile, du WiFi et du GPS. 

Hedy Lamarr star hollywoodienne et précurseur du wifi

Grace Hopper la reine du logiciel ou software queen

Grace Hopper 

 

On doit à Grace Hopper la création du langage CORBOL pour la Navy. Ses travaux ont nourri la programmation informatique moderne. On la surnomme “la reine du logiciel”. Cette mathématicienne et physicienne a également crée le compilateur pour l’UNIVAC-1, premier ordinateur commercialisé aux Etats-Unis 


Les “ENIAC Girls” 

 

L’armée américaine a fait appel à 6 informaticiennes pendant la Seconde Guerre Mondiale afin de programmer le premier ordinateur numérique entièrement électronique : l’ENIAC. Jean Bartik, Betty Holberton, Marlyn Meltzer, Ruth Teitelbaum, Kay Mauchly Antonelli et Frances Spence sont appelées les “ENIAC Girls”. Ces 6 femmes ont entièrement programmé le logiciel permettant le fonctionnement de l’ordinateur. Leurs travaux apporteront une base pour l’équipe travaillant sur l’UNIVAC-1. 

ENIAC Girls programmatrices du premier ordinateur numérique électronique

Margaret Hamilton programmatrice de la mission Apollo

Margaret Hamilton 

 

Derrière la réussite de la mission Apollo se cache Margaret Hamilton, la programmatrice de l’expédition spatiale américaine sur la Lune. Cette informaticienne a créé le système informatique de guidage de la fusée. Son programme est si poussé qu’il a permis de pallier les erreurs et les pannes de composants. Grâce à elle, l’alunissage a pu rester fonctionnel et la mission Apollo est menée à terme.  



Qu’est-ce que la Journée de la Femme Digitale ?


Malgré la baisse du nombre de femmes dans le secteur informatique, certaines se sont hissées à la tête de grandes sociétés. On pense notamment à Stéphanie Leplus, Chief Data Officer chez Leboncoin qui dirige une équipe de 40 personnes. Plus récemment, Christal Bemont a été nommée CEO de l’éditeur de logiciels Talend en janvier 2020.

De bonnes nouvelles qui donnent de l’espoir pour les femmes digitales de demain. Mais certaines femmes entrepreneures, porteuses de projets dans le numérique, peinent à trouver le réseau et les financements nécessaires. Pour promouvoir la visibilité de ces femmes, Delphine Remy-Boutang a créé la Journée de la Femme Digitale. Cet évènement a pour objectif d’encourager les femmes à entreprendre dans le secteur du digital.

Chaque année, cette journée récompense les entrepreneures européennes et africaines avec des projets innovants dans la tech avec le prix Margaret. Des conférences avec des cas pratiques sont également donnée pour permettre à d’autres femmes de se lancer dans l’aventure digitale. 


Vous vous questionnez sur les métiers du digital ?  

 

Axysweb évolue dans le secteur du numérique et du digital depuis plus de 10 ans.
Spécialisé dans la gestion des données, notre équipe accompagne les entreprises vers l'optimisation de leurs système.
Nos experts sont des spécialistes qui utilisent les solutions Talend pour réaliser leurs missions.

Nous effectuons une veille technologique régulière. Notre newsletter mensuelle rassemble nos travaux de recherche.
N'hésitez pas à vous abonner pour rester informés !